Interview de Moumoon avant Japan Expo

L’équipe de Rakuen Music a eu l’occasion d’interviewer par mail le duo pop-rock moumoon. Ils étaient sur la scène du JE Live House, ce dimanche !

Bonjour moumoon ! Merci d’avoir accepté cette interview !

Pouvez-vous commencer par présenter votre partenaire à notre public français (YUKA présente MASAKI et MASAKI présente YUKA) ?

YUKA : MASAKI est le compositeur de moumoon. Durant les lives, il s’occupe de la guitare et du synthétiseur. Il joue également de la basse et de plein d’autres instruments. Masaki est plutôt quelqu’un d’introverti et il aime le poisson.

MASAKI : YUKA est la chanteuse et la parolière du groupe. À travers ses paroles, elle exprime des sentiments forts tels que ceux ressentis au fin fond du cœur, la passion et l’exaltation. Elle est de nature espiègle et s’amuse beaucoup lors des lives.

moumoon_yuka_artcleParlez-nous de la formation de moumoon. Comment avez-vous commencé la musique et comment vous êtes-vous rencontrés tous les deux ?

YUKA :  MASAKI et moi avions un ami en commun et nous nous sommes rencontrés lors d’un festival d’été. Après ça, nous avons bien sympathisé et c’est naturellement que nous avons formé moumoon.

MASAKI : Je me suis lancé dans la musique après avoir été fasciné en voyant mon ami jouer de la guitare électrique au collège. Après avoir supplié mes parents pendant six mois, ils ont fini par m’en acheter une, et j’en jouais tel un damné.

Pourquoi « moumoon » ? Y a-t-il une signification particulière derrière le nom du groupe ?

YUKA : Après avoir formé le groupe, pendant un certain temps nous travaillions sur la production . Nous nous sommes aperçus après avoir décidé de donner un concert que nous n’avions pas de nom pour le groupe. Après y avoir durement réfléchi ensemble, nous avons fini par choisir « moumoon ». C’est un mot inventé formé du mot français « mou » et du mot anglais « moon » : lune tendre.

MASAKI : Notre but est de faire de la musique qui soit toujours là pour vous, comme la lune.

Comment définiriez-vous votre musique ? Cherchez-vous à transmettre des messages particuliers à vos auditeurs ?

YUKA : Nous travaillons tous les deux ensemble pour rendre souple notre son et notre style. Nous nous efforçons de réfléchir de manière « non conventionnelle » et nous cherchons à intégrer divers styles de musique afin que l’auditeur se sente joyeux.

MASAKI : Nous essayons de créer une musique qui positive l’auditeur.

D’où puisez-vous votre inspiration ?

YUKA : Je puise mon inspiration en assistant à des concerts. Je cherche à être active en écoutant de la musique qui me plaît, en allant voir des films, en voyageant, en admirant de jolis paysages ou encore en faisant du sport. Je suis quelqu’un d’extraverti et je me donne vraiment à fond en étant active.
Mais plus que tout, j’adore écrire de la musique et je me donne particulièrement à fond lorsque j’écris et réfléchis à des idées de paroles.

MASAKI : La répétition de petites choses telles que la création une à une de mélodies, leur arrangement, l’enregistrement du chant, l’achèvement d’une chanson et les lives sont ce qui font moumoon.
Chaque étape est un nouveau défi pour nous. Je pense que si nous sommes capables de progresser, c’est en partie dû aux réactions et aux commentaires des fans qui ressentent pleinement notre musique.
Les idées nous viennent à travers les conversations que nous avons avec YUKA ou le staff. Celles avec YUKA sont probablement source de ma plus grande inspiration.

Quels sont vos artistes préférés ?

YUKA : OASIS、The Cardigans et Rickie Lee Jones

MASAKI : Queen est mon groupe préféré. J’ai aussi été influencé par Alanis Morissette.

Et ceux qui ont influencé votre propre musique ?

YUKA : Nous avons toujours été influencés et touchés par la musique de l’étranger, et ce au-delà de la barrière linguistique. Le rythme et la mélodie peuvent atteindre le cœur des gens même si vous ne comprenez pas la langue. Les émotions peuvent vous toucher avant même que les paroles ne le fassent.

MASAKI : C’est à la fois merveilleux et intéressant.
En se basant sur les réactions des fans à l’étranger, je me rends quelque fois compte qu’il y a des choses plus importantes que la signification des mots. Du coup, je pense qu’en travaillant dur pour créer des sonorités et qu’en les jouant avec une sensation de bien-être, cela se ressentira dès lors dans les lives et les vidéos.

Êtes-vous surpris par le fait que la musique japonaise soit si populaire en France ?

YUKA : Oui, je suis surprise. Les Japonais aiment la culture française donc je suis heureuse de savoir que les Français sont intéressés par la musique japonaise.

MASAKI : J’en suis plutôt ravi que surpris parce que je savais déjà qu’en France la culture japonaise a toujours été bien appréciée, que ce soit la musique ou l’animation japonaise.

L’année dernière, vous aviez participé au festival Tokyo Crazy Kawaii Paris. C’était votre première venue en France, vous rencontriez votre public français et certains ont pu vous découvrir à ce moment-là.

YUKA : J’ai reçu de nombreux messages d’encouragement et de soutien de la part du public en France après notre showcase. Je suis par ailleurs ravie d’avoir eu l’occasion de leur parler directement. Je leur suis reconnaissante.

MASAKI : Oh, c’est vrai ? J’en suis vraiment ravi.

Qu’aviez-vous ressenti après ce showcase ?

YUKA : A travers la réaction du public, j’avais la sensation que beaucoup de personnes étaient familiers avec notre musique. Ils étaient vraiment chaleureux et exceptionnels. Je me rappelle encore des sourires et des danses qu’il y a eu. Je leur ai promis de revenir.

MASAKI : J’étais si heureux et excité d’être sur scène à ce moment-là. Un peu plus tard, j’ai regardé la vidéo du show et j’y ai vu YUKA chanter et s’amuser. C’était juste le meilleur moment.

En juillet, vous allez participer à la 15ème édition de Japan Expo. C’est votre deuxième venue en France. Qu’est-ce que cela vous fait de revenir en France ?

YUKA : C’est la première fois que nous allons évoluer au sein de Japan Expo donc j’en suis super excitée. J’y pense tous les jours avant d’aller dormir. Je veux faire un show puissant dont le public pourra profiter à fond !

MASAKI : Je souhaitais vraiment revenir en France pour y donner à nouveau un concert et je suis vraiment ravi d’être de retour, particulièrement sur une grande scène cette fois-ci. Je ferai de mon mieux pour que chacun puisse s’y amuser.

Avez-vous prévu quelque chose, comme visiter des lieux en particulier ou manger des plats français ?

YUKA : J’aimerais bien aller à un spectacle du Crazy Horse, cela m’intéresse particulièrement. J’ai entendu dire que c’était passionnant, artistique et fantastique.
J’aimerais bien manger des falafels et des crêpes.

MASAKI : Je n’ai pas vraiment d’opportunité de manger de la nourriture française au Japon parce que là-bas c’est de la nourriture qui paraît être luxueuse. Donc j’aimerais bien pouvoir manger de la nourriture française quand je serai en France. Je voudrais bien manger de la bonne cuisine provinciale !

Pourrions-nous espérer vous revoir dans le cadre d’un concert solo ?

YUKA : J’adorerais faire nos concerts sans première partie ! Ça fait rêver ! Je voudrais vraiment rendre cela possible !

MASAKI : J’adorerais en faire un tout de suite. J’espère que beaucoup de gens y assisteraient.

2014 est une année plutôt productive pour le groupe. Vous avez sorti votre nouvel album LOVE before WE DIE au début de l’année, le single Jewel il y a quelques mois de cela et l’album de compilation ICE CANDY le 18 juin dernier.
Parlez-nous un peu de ces différentes sorties.moumoon_masaki_artcle

YUKA : L’album LOVE before WE DIE a été le catalyseur pour moumoon afin d’aller plus loin dans notre évolution. J’y exprime le désir d’aimer quelqu’un de tout mon cœur avant de mourir. Cet album me tient vraiment beaucoup à cœur.

Dans un autre registre, Jewel est une chanson plus joyeuse, plus entraînante. Je me suis tellement investie en travaillant sur LOVE before WE DIE que j’ai en quelque sorte repris mon souffle avec Jewel. Je me concentrais sur des questions comme « Combien de temps vais-je pouvoir m’amuser? Jusqu’à quel point puis-je être enthousiaste ? ».
ICE CANDY est une compilation pour accompagner les trajets en été. J’ai créé cette nouvelle chanson en prévision des lives à venir.

MASAKI : Chacune d’elles a une couleur et un style différents. Nous avons été capables de les concevoir en nous concentrant à chaque fois sur ce que moumoon devrait créer.

Quels sont vos plans musicaux à venir ?

YUKA : Nous, moumoon, jouerons à Japan Expo en France en juillet. C’est notre première fois sur la grande scène de Japan Expo et nous en sommes impatients.
Par ailleurs, nous effectuerons un concert à Singapour, et jouerons en septembre à Taiwan dans le cadre d’un festival.

MASAKI : Nous jouerons dans des festivals d’été au Japon. À partir de maintenant, nous adorerions pouvoir jouer dans plusieurs pays différents, y compris la France.

Et bien, nous arrivons au terme de cette interview et c’était un réel plaisir d’échanger quelques mots avec vous.
Auriez-vous un dernier message à partager avec nos lecteurs ?

YUKA : Nous allons vous faire passer un très bon moment à Japan Expo ! J’espère y voir beaucoup de sourires. Je suis si heureuse d’aller en France.

MASAKI : La France m’a laissé un grand souvenir l’année dernière. A présent, nous pouvons montrer à la France un moumoon « qui a évolué » depuis et nous sommes impatients de pouvoir vous le prouver. J’espère que la France restera un pays familier pour nous.
Merci de votre perpétuel soutien !

Merci à vous !

L’équipe de Rakuen-Music remercie tout particulièrement Florian Schall et le label avex pour la bonne tenue de cette interview !

© avex marketing inc.
Publié le Catégories InterviewÉtiquettes , ,
Publié le Catégories InterviewÉtiquettes , ,

Commentaires

  1. Espiègle ? Pourquoi ne suis-je pas étonnée ? XD
    Une belle opportunité que cette interview qu’on lit avec plaisir et où l’on retrouve bien l’esprit de moumoon tel qu’on le perçoit à travers leur musique. Il est certain que le groupe reviendra ! 🙂

Laisser un commentaire